Une clameur s’élève chaque soir à 20h00, des applaudissements résonnants dans la ville pour soutenir le personnel soignant. Cette initiative nous permet de témoigner notre gratitude envers ses femmes et ses hommes, qui, combattent chaque jour, dans la plus totale abnégation, l’épidémie à laquelle le monde est confronté.

Nous aimerions, toutefois, que ces remerciements s’adressent, également, aux routiers sans lesquels nos magasins d’alimentation seraient vides et notre système de santé non-approvisionné. Rendons hommage aux chauffeurs, aux livreurs, aux magasiniers, aux transporteurs….,qui, par leur implication permettent la continuité de la chaîne logistique.

N’oublions pas que ces derniers pourraient exercé leur droit de retrait avec le soutien des syndicats du secteur : ils n’ont pas de masques, pas de gants, pas de gel. Pire, leur conditions de travail se sont grandement détériorées :

  • Des aires de repos fermées : plus d’accès aux toilettes, aux douches, ni aux restaurants routiers
  • Un accueil, parfois, désagréable lors de leur livraison ou on ne leur donne pas accès aux sanitaires
  • Augmentation de leur temps de travail par arrêté ministériel ( levée de l’interdiction de rouler les week-end et jours fériés)

N’oublions pas que si les camions s’arrêtent : l’économie s’arrête !

La profession est gravement impactée par le Covid-19, la FNTR constate une baisse d’activité de plus de 50 % : une situation critique pour les transporteurs puisque seule les livraisons en produits de santé et en produits alimentaires sont autorisées. En effet, sont à l’arrêt les déménageurs, les deux tiers des camionneurs ayant une activité liée au BTP, à l’automobile et à la livraison de biens de consommation. https://www.fntr.fr/espace-presse/actualites-agenda/enquete-fntr-impact-economique-de-la-crise-covid-19-sur-le-secteur

La croissance mondiale l’an dernier a été autour de 3%, la croissance des flux de marchandises dans le monde a été de 2,6%. L’essentiel de notre croissance économique passe donc par la croissance des transports de marchandises : nous sommes une économie de flux !

Nous espérons, donc, que des mesures d’exception seront prises pour aider le secteur de la logistique et du transport !